04 mai 2008

Shanghai trip

Il y a quelques semaines il nous a été accordé (ô miracle) trois jours de vacances. Ma colocataire et moi même avons décidé de mettre ces trois jours à profit pour explorer la Chine. Après mûre réflexion et moult conseils notre dévolu se porta sur... : Shanghai.
Plusieurs options s'offraient à nous quand à la façon de nous rendre sur place, les deux principales étant le train ou l'avion. L'avion ayant l'avantage de la vitesse mais l'inconvénient du prix et le train offrant l'avantage du prix et réduisant l'inconvénient de la vitesse en offrant des trajets de nuit. Sans trop de difficulté notre choix se porta donc sur : le train.

Etape numéro 1 : l'achat des billets


Là encore nous étions confrontées à un choix (et oui la vie est dure ces temps-ci...) : place assise ou couchette ? La différence résidant bien entendu, là encore, dans le prix. Après un regard porté sur nos portes monnaie respectifs nous nous sommes décidées à un compromis : l'aller se ferait en place assise et le retour en couchette. De cette manière nous ne serions pas trop exténuées pour la reprise des cours.
Mais il y a une chose qu'il faut savoir lorsque l'on achète des billets de train en Chine : s'il l'achat d'un trajet aller est très simple, le trajet retour s'avère lui plus problématique. Il est en effet presque impossible d'acheter un billet retour , l'achat de billet ne pouvant se faire qu'à la gare de départ... (Oui, grève ou pas grève je regrette la SNCF!). Dans notre cas l'achat du billet retour était rendu d'autant plus problématique que nous voulions passer notre troisième et dernier jour non pas à Shanghai mais Suzhou (une petite ville connue pour ses canaux et jardins à quelques kilomètres de Shanghai).

Nous nous résignâmes donc à acheter le billet retour sur place.

 

Etape numéro 2 : le départ de Pékin

 

C'est vers 18h que nous nous élançâmes à la recherche de nouvelles aventures. Le trajet en train se passa surprenament bien. Bien qu'assises nous parvînmes à trouver plus que quelques heures de sommeil. J'ai ainsi découvert qu'une position confortable pour dormir dans un train est de s'asseoir sur le siège proche de l'allée, de mettre ses jambes dans ladite allée et de poser sa tête sur l'accoudoir. Après c'est à vous de voir, mais : ça marche pour moi !

A 7 heures du matin c'est donc quelque peu dans les vapes mais du reste plutôt dispos que l'on fut réveillés par le personnel du train nous demandant d'aller aux toilettes. Ou plutôt nous informant que c'était maintenant ou jamais !

C'est à 8h du matin que nous prîmes pieds à Shanghai !

 

Premier jour :

C'est un ciel gris qui nous accueillis à notre arrivée et je fut heureuse d'avoir pensé à prendre avec moi K-Way et parapluie, ceci d'autant plus qu'un de nos voisin dans le train nous appris que la météo avait annoncé deux jours de pluie (après 2 mois de sécheresse la pluie aurait pu trouver un meilleur moment pour faire son apparition).

Première étape dans notre périple shanghaïen : nous rendre dans l'appartement qui nous était généreusement proposé par un ami de la mère de ma coloc (de l'utilité d'avoir une coloc américano-chinoise). Notre but étant de vérifier si l'endroit n'était pas trop glauque ou si habiter là bas n'était pas trop étrange (on nous avait dit que l'on aurait à partager l'appartement avec deux des employées de cet ami).

Nous nous dirigeâmes donc vers le métro -qui à première vue est mieux que celui de Pékin mais qui après deux jours d'utilisation s'est révélé être très décevant et souvent tout bonnement exaspérant.

Une fois sorties du métro le problème qui se présentait à nous était de savoir comment trouver ledit appartement. Mais cette question fut rapidement résolue par un coup de fil et après quelques rapides directions nous nous mîmes en route.

Sur ce trajet (qui normalement n'eut dû durer qu'une dizaines de minutes mais qui nous en pris plutôt vingt) nous eûmes le bonheur de tomber sur une petite boutique de vente de cuiseurs de baozi. Je ne sais pas si ces objets ont un nom en français mais il s'agit d'un récipient en bambou que l'on met au dessus d'eau bouillante et qui permet de faire cuire des aliments à la vapeur. LA raison pour laquelle nous étions si heureuses de découvrir cette échoppe est que ces petits machins ne sont pas en vente à Pékin. Que si énormément de petits bouibouis les utilisent ils m'ont tous informés qu'ils avaient eu les leur dans leur village d'origine...

Cette petite échoppe coincée entre deux autres dans cette petite rue au milieu de nul part était donc une merveilleuse surprise en cette première matinée de voyage ! D'autant plus que le vieux couple en charge de la boutique et qui fabriquent lesdits objets eux même étaient tout mignon et disons le d'un autre âge : exit Chine pays de développement économique extraordinaire, dites bonjour à l'ancien, au traditionnel.

Sam_Pictures_339

 

 


Sam_Pictures_340

Après cette visite revigorante du passé et un coup de fil anxieux de la jeune demoiselle chargée de nous accueillir nous parvînmes enfin sur le seuil de l'appartement.

C'est avec surprise que nous nous aperçûmes que c'est appartement était en fait un bureau, bureau toutefois doté de trois chambres à coucher et d'une cuisine. On nous montra la chambre d'ami nous informa que l'on bénéficierait de l'appartement à nous toutes seules pour la durée de notre séjour.

Après une consultation rapide du regard avec ma colocataire c'est d'un commun accord que nous décidâmes de rester (nous reçûmes bien entendus les remerciements de nos portes monnaies).

La demoiselle qui nous avait accueilli nous demanda alors nos plans pour la journée. Nous lui annonçâmes que nous voulions aller vers le centre ville et plus précisément que nous voulions commencer notre visite par l'ancienne concession française. Elle nous mena donc à la station de bus la plus proche et nous fit monter dans le bon.

 

Notre voyage commençait enfin !

 

J'avais repéré juste avant de monter dans le bus le nombre d'arrêts que nous avions à parcourir et j'avais vaguement retenu le nom de l'arrêt auquel il fallait que l'on descende. Malheureusement j'ai tendance -dans les bus- à perdre rapidement le compte du nombre d'arrêts parcourus. Après les deux premiers arrêts j'avais donc déjà oublié au combien nous en étions... Mais rien n'était perdu car je me rappelais encore d'un ou deux des caractères censés apparaître dans le nom de notre station d'arrivée. Après une dizaine de minutes ma colocataire commençait à s'impatienter, j'étais d'avis d'attendre encore un ou deux arrêts pour voir si les caractères fatidiques apparaissaient mais voyant son impatience j'acceptais de descendre au prochain. En descendant nous nous aperçûmes que l'arrêt recherché était en fait le prochain mais cette erreur fut une erreur heureuse.

En effet, bien que n'ayant aucune idée d'où nous étions nous avions une vague idée de la direction dans laquelle nous voulions nous engager. Nous commençâmes par prendre une grande allée mais rapidement fatiguée de cette grande avenue sans intérêt nous choisîmes de nous aventurer dans une contre allée. Et là : bonheur ! Nous avions voyagé de nouveau dans l'espace et le temps. Finit les grandes villes hyper modernes et nous voilà revenues dans un monde où le petit village est roi et où les marchés extérieurs bordent les rues.

 

Pour le bonheur des yeux :

Sam_Pictures_342

 

 

 

 

 

Sam_Pictures_344


Sam_Pictures_349

Sam_Pictures_351

Sam_Pictures_352

Les gens nous regardaient avec curiosité et étonnement. Que venaient faire la des jeunes touristes ?? Cette question trouva une voix en la personne de la dame aux poulets : alors que ma colocataire prenait sa photo et que moi j'oeuillais avec intérêt le dépessage d'un serpent de mer, elle demanda d'une voix hostile ce que ma colocataire faisait. Cette dernière me chercha alors désespérément du regard et tenta rapidement d'expliquer qu'elle était là avec moi (cette explication marche étant donné que je suis blanche et qu'elle est chinoise d'apparence). Comme un deus ex machina je fis donc apparition ce qui calma les esprits et ramena un sourire aux visages de tous. Ce qui n'empêcha pas à ma coloc et moi même de nous éloigner de la dame au poulet quelque peu prestement.

    C'est sur cette rue que je trouvais la deuxième chose que j'avais perdu tout espoir de jamais pouvoir acheter sur Pékin : une assiette marquée : A apple a day keep doctor away. Assiette drôlissime mais malheureusement plus trop en vente.

 

Lorsque la ruelle pris fin et que l'on se trouva de nouveau sur une grande avenue nous nous décidâmes à consulter un plan. Voyant alors que l'on avait toujours aucune idée d'où nous étions nous prîmes un taxi qui nous emmena directement dans l'ancienne concession. Là nous avions prévu de prendre notre petit déjeuner (car un guide nous avait dit qu'on pouvait en prendre des bons dans cet endroit précis), mais chose étrange, après cinq à dix minutes de marche dans cette grande rue sans charme parée de boutiques de luxes il nous fallut nous faire une raison : il n'y avait là aucun établissement proposant de petit déjeuner chinois.

Nous nous sommes donc arrêtées pour demander conseil à une de ces dames chargées de nous faire traverser en toute sécurité. Elle nous indiqua une rue à cinq minutes de là dans laquelle -elle nous promis- nous devions trouver notre bonheur. Et notre bonheur on trouva en effet sous la forme de .... et de ... (oui bon je ne me rappelle pas des noms...).

 

Après cette petite pause bien méritée nous repartîmes en quête d'aventures et de contre-allées prometteuses.

En lieu et place de contre allée nous découvrîmes : la maison où eu lieu la première réunion du PCF. Telle était notre chance que ce jour là la visite était gratuite. Ce musée n'est pas d'un grand intérêt mais il est toujours rigolo de voir la reproduction de cire de la soirée fatidique, où de grands révolutionnaires se sont retrouvés réunis autour d'une table... Autre chose d'intérêt : l'explication des événements situées au début de la visite :

Sam_Pictures_368


Une fois sorties on continua à se promener un peu dans ce quartier mais bien que l'on se donna de la peine on ne découvrit jamais véritablement ce qui était censé être ancien ou véritablement européen dans cette ex-concession française. Certes nous avons passé quelques allées faites de maison de pierres grises. Mais ces maisons avaient toutes un air neuf. Je découvris par contre avec étonnement une boulangerie Paul (mais je décidais de ne pas me régaler d'un éclair au chocolat à 5 euros...). En lieu et place d'éclair on rigola un instant avec ma colocataire de la peinture bordant l'entrée de la boulangerie :

Sam_Pictures_374


Il était temps pour nous de changer de quartier et notre dévolution se posa sur : le Bund. Nous voulions voir l'eau ! Malheureusement pour nous j'étais du voyage et lorsqu'il s'agit de choisir dans quel sens aller lors de  notre embarquement dans le métro je choisis l'ouest. Car en tant que Bretonne (ou plutôt Brestoise) la mer, l'eau, la côte ne peuvent se trouver qu'à l'ouest... Mais en Chine – au grand malheur de mon sens de l'orientation- la mer se trouve à l'est....

On s'éloigna donc de notre but recherché. Et nous avons erré dans un autre quartier. Après environ une demie heure de marche l'on s'est enfin retrouvées dans un quartier d'intérêt.

 

Notre intérêt s'est tout d'abord trouvé éveillé par des cireurs de chaussures qui nous appelèrent à grand cris mais qui après un coup d'œil à nos baskettes nous demandèrent -l'air embêtés- si nous voulions qu'ils les brossent. Après un refus poli de notre part l'on s'aventura un peu plus loin dans la rue pour découvrir avec un peu de dégout (et oui j'avoue) un homme se spécialisant dans le curage d'oreille, ou tout du moins c'est véritablement ce qu'il avait l'air de faire...

 

On s'est donc éloignées quelque peu précipitement mais ce ne fut que pour tomber sur quelque chose d'encore moins ragoutant et qui me fit tourner quelque peu l'estomac. Des vendeurs de dents ! Enfin nous ne sommes toujours pas très sures de ce qu'ils font. La première fois que nous sommes passées devant eux nous les avons vu accoster une vieille dame édentée qui s'est rapidement enfuie. Nous avons tenté de les prendre en photos mais une des dame s'est énervée et nous a dit que ce n'était pas possible. Plus tard nous somme à nouveau passées par là et deux autres personnes tenaient le stand. Cette fois nous n'avons pas montré la caméra et à la place nous sommes montrées intéressées. Ils nous ont fiat signe de nous approché. Nous leur avons demandé ce qu'ils faisaient et ils nous ont dit qu'ils voyaient si nos dents étaient en bonne santé. Ils se sont ensuite intéressés à mes dents. Je leur ai dis que tout allait bien, que mon dentiste me l'avais dit avant que je parte. Sur ce il se rapprochent de moi, et commencent à me scruter, personnellement j'ai commencé à reculer. Là ils me disent de m'asseoir, je réitère le fait que mes dents se portent bien et ils me rétorquent qu'elles sont un peu jaune et que je n'ai qu'à m'asseoir sur la chaise et ils verront ce qu'ils peuvent faire. Me voyant d'un seul coup assise sur une chaise entrain d'être progressivement édentée je leur souris poliment et parti en courant !

 

Mais revenons en à notre premier passage : là où nous nous sommes fait chassées sans autre forme de procès. Nous avons alors procédé à trouver une autre rue pouvant éveiller notre intérêt. Rue que nous trouvons rapidement. Elle contenait surtout des petits restaurants à la mine très sympathique, continuait avec quelques petites échoppes attirantes, dont une avec une devanture quelque peu étrange :

Sam_Pictures_381


Après quelques autres mètres nous découvrons une petite boutique qui se spécialisait dans le vente de..... Grandes, ou disons plutôt, immenses statues de pierre. Imaginez une statue de type gargouille mais pesant 3 tonnes... J'ai hésité à entrer dans le magasin et tenter de commencer à marchander le prix d'une statue mais me suis dégonflée devant la porte...

Après un passage rapide dans un petit Hutong habité (en gros des toutes petites ruelles donnant sur les maisons de personnes peu fortunées) nous nous mîmes en quête d'un lieu où manger et finîmes par nous attabler sur la rue à manger une bonne platée de nouille délicieusement frites.

 

 

Après ce petit festin nous nous remîmes en marche et après plusieurs heures de cette dernière et une longue pause dans un café nous parvînmes finalement sur le Bund : longue avenue qui borde le fleuve qui coupe  Shanghai en 2. A notre arrivée le soleil était sur le déclin et nous pûmes observer la tombée de nuit sur le fleuve : les immeubles qui progressivement s'illuminent, les vendeurs de rue qui courent ou roulent) partout, les éventuelles voiturettes de polices qui passent et même une fois une voix qui me souffla à l'oreille « hachich » avant de s'évanouir dans la nuit.

 

C'était éminemment agréable.

Sam_Pictures_389

 

Sam_Pictures_408

Après un repas fait de nouilles nous nous sommes consultées sur la marché à suivre. Deux choses étaient prévues pour les soirs où nous étions sur Shanghai : la montée de la tour TV pour voir le paysage et assister à un spectacle d'acrobatie. Comme il était tard pour voir le théâtre nous nous sommes rabattues sur la tour. Mais après une consultation de nos guides nous avons vu que 1. Il était impossible de marcher jusqu'à la tour TV qui se trouve de l'autre côté du fleuve et que 2. La montée dans la tour TV est relativement onéreuse.

Ma coloc me proposa donc une alternative : nous n'avions qu'à tenter de monter dans un des grand immeubles et voir la vue de là. Il faut savoir que ces immeubles sont soit des bureaux, soit des hôtels et donc que nous n'aurions aucun droit de pénétrer dans leur antre. Il lui fallut beaucoup de persuasion pour m'embobiner mais finalement je capitulais tout en tentant de rester ferme dans mes convictions : elle voulais trois chances pour trouver le bon immeuble et je lui en accordais deux (je sais, je suis intraitable...).

Finalement la première fut la bonne : nous entrâmes dans un hôtel chic comme si l'endroit nous appartenais, personne ne posa donc de question. Malheureusement le premier ascenseur dans lequel on monta ne montait que jusqu'au 7ème étage. Mais il s'est avéré que cela e faisait rien : sur cet étage existait une terrace tout à fait déserte depuis laquelle nous pouvions observer sans être vues le monde à nos pied.

Nous sommes restées là longtemps, à contempler nos prochains allant et venant, créer puis détruire des formes géométriques...

sam_pics_suite_052

Lorsque repues de ces observations du moins à cette hauteur), nous tentâmes de monter encore plus haut. Après un nouvel ascenseur et un escalier de secours nous arrivâmes finalement sur les toits. Mais là une déception nous attendait : l'on ne pouvait rien voir car des barres en métal obliques nous cachaient la vue.

 

Après cet immeuble nous en tentâmes quelques autres mais sans succès. Ces échecs nous donnant soif nous nous dirigeâmes vers un bar sur terrace dont nous avions l'adresse. La terrace était sympathique avec une vue sur le fleuve. Après une petite demie-heure, chassées par la pluie et le sommeil (nous n'avions pas vraiment dormi depuis la veille et avions passé la journée à marcher) nous nous sommes décidées à rentrer.

 

Jour 2 :

Ce deuxième jour fut nettement plus décevant que le précédent (qui avait, il faut bien l'avouer, été exceptionnel).

Pour ce jour-ci nous nous étions donné des objectifs. Malheureusement pour nous il s'avère que l'on a du mal à trouver les endroits que l'on cherche et lorsque l'on les trouve, on est souvent déçues par ce que les guides nous avaient décris...

 

La première étape était de trouver la vieille ville chinoise et de pousser jusqu'au jardin de Yu. On découvrit que la vieille ville se trouvait proche de la rue aux dents. Mais une fois dedans on s'aperçut que la vieille ville n'est qu'un attrape touriste. Il s'agit d'une ville complètement reconstruite avec une architecture de style ancien avec des couleurs pétantes abritant des magasins du style McDo ou Esprit...

Nous sommes rapidement reparties.

Deuxième étape : passer rapidement par l'endroit où l'on vendait les tickets pour le spectacle acrobatique avant de se diriger vers LE musée de Shanghai pour le visiter et ensuite faire le tour de la place du peuple.

Malheureusement il nous fallut pas moins de trois heures de marche pour trouver le lieu du spectacle. A ce moment le musée avait fermé et nos pieds étaient éreintés. Nous avons tout de même fait le tour de la Place du Peuple mais n'avons pas véritablement compris ce qu'elle avait d'extraordinaire.

Il était alors temps de se rediriger à nouveau vers le lieu du spectacle et de nous reposer quelque peu en y assistant. Ce fut le moment fort de cette journée : le spectacle était vraiment très sympa et ces gamins, dont le plus âgé ne devait pas dépasser les 18 ans faisaient vraiment des choses assez hallucinantes. Seule petite critique négative : pour faire un spectacle qui pourrait véritablement réussir en occident il leur manque une histoire de fond qui relirait tous les petits numéros entre eux. Mais bon il était très intéressant d'observer que le public était quasi exclusivement blanc, âgé (en même temps on n'était pas en période de vacances) et que les quelques chinois étaient relégués aux places du fond.

sam_pics_suite_073

Après le spectacle et un rapide diner nous nous sommes dirigées vers chez nous.

 

Jour 3 :

   Nos guides nous avaient indiqués que si l'on restait trois jours sur Shanghai il était bon d'en passer deux sur Shanghai même et de profiter du troisième pour visiter une des villes voisines comme Hangzhou ou Suzhou. Notre dévolu se porta sur Suzhou connue pour ses canaux et jardins (dont 5 sont classés au patrimoine mondial de l'UNESCO).

   Nous nous sommes donc levées de bonne heure espérant prendre l premier train en partance pour Suzhou. Nous sommes arrivées à 8h à la gare où l'on appris que le train de 8h30 n'avait plus de places assises. On décida donc de prendre celui qui partait à 10h où l'on pouvait s'asseoir pendant la demie heure que durait le voyage. Nous demandâmes s'il était possible de réserver de là des couchettes dans le train qui partait ce soir là de Suzhou pour Pékin. A notre grande surprise la réponse fut oui, à notre grand malheur il était plein. On demanda alors s'il y avait un train qui partait ce soir là de Shanghai que l'on pouvait prendre. A notre grande joie il y en avait. Malheureusement toutes es couchettes étaient prisent mais bon vu comment l'aller s'était déroulé cela ne nous dérangeait pas trop de revenir de la même manière. On prit donc ce billet là ainsi qu'un billet nous ramenant de Suzhou sur Shanghai.

    Nous avions donc deux heures à tuer et décidâmes d'aller explorer l'autre côté du fleuve.

Là nous découvrîmes une tranche de l'histoire chinoise que j'ignorais. Nous avons en effet découvert le quartier juif de Shanghai. Il apparaîtrait en effet que pendant la deuxième guerre mondiale, pas mal de juifs allemands et juifs d'Europe de l'est on trouvé refuge en Chine. Mais la Chine fut elle même envahie par les japonais -alliés des allemands, qui bien que eux n'ayant rien contre les juifs, acceptèrent les ordres allemands de les caser dans des ghettos. Il y a donc eu un ghetto juif  Shanghai. Et en passant de l'autre côté du fleuve nous sommes tombé sur un musée commémorant l'époque. Nous ne sommes pas rentrées car il n'était pas encore ouvert.

Au lieu de cela nous nous sommes dirigées vers un petit parc tout bonnement charmant. Il était emplit de petits vieux (pardonnez l'expression), certains faisaient du tai-chi, d'autres discutaient en petits groupes, d'autres encore avaient amenés avec eux leurs oiseaux et les faisaient chanter en mettant les différentes cages à proximité.

Avec ma colocataire nous nous sommes tout d'abord jointes au petit groupe faisant du tai-chi et avons copié leurs mouvements.

Ensuite nous avons entrepris de faire le tour du petit parc. Ma colocataire se rendit compte à ce moment là que nous étions suivies. Un des petit vieux nous suivait depuis le départ tout en gardant entre nous une certaine distance. Nous nous retournâmes donc et l'attendîmes de pied ferme. S'engagea alors entre lui et nous une petite conversation. Sous peu nous étions entourées de cinq ou six de ces petits vieux. A chaque fois qu'un nouveau s'approchait les plus anciens l'informait que si nous ne parlions pas le shanghaïens nous nous débrouillons en putonghua (mandarin enseigné dans les écoles), que j'étais française et que ma coloc était une chinoise élevée aux Etats-Unis.

Après une petite demie heure forte intéressante à discuter avec eux, et où j'appris que pas mal de juifs avaient habité dans ce quartier et que le parc était entretenu grâce aux donations desdits juifs , il était temps pour nous de quitter ces gentils vieillards et de nous diriger à nouveau vers la gare.

 

Le voyage fut rapide et sans histoire (je dormis durant tout le trajet). Une fois arrivées destination nous prîmes le bus pour trouver le premier jardin que nous comptions visiter. Cela paraît simple : descendre du train et prendre le bus. Mais en réalité cela réclame beaucoup d'étapes intermédiaires telles que : laisser nos sacs à la consigne de la gare, discuter le prix avec les types en pousse pousse (mais aucun nous voulait descendre sous 30 yuans, probablement, si l'un d'entre eux eu accepté il se serait fait jeté de la ligne la prochaine fois qu'il eu tenté de se placer à la gare). Ensuite il s'est agit de trouver le bon bus tout en évitant les dames voulant à tout prix nous vendre des plans de la ville. Quand elles eurent compris que l'on n'en voulait point elles eurent la gentillesse de nous indiquer le numéro du bus que nous cherchions.

 

Une demie heure plus tard (et u jeu de go acheté en plus) nous découvrîmes avec enchantement : le jardin du Maître des filets. Décrit par Le Routard comme étant : « l'un des plus petits jardins de Suzhou et l'un des plus beaux », « autant une maison dans un jardin qu'un jardin dans une maison ». et c'est vrai :

sam_pics_suite_124

Après cette visite nos estomac nous rappelèrent à la réalité et nous nous dirigeâmes d'un pas ferme quoi que mesuré vers un restaurant (également conseillé par le routard) censé servir d'excellent jiaozis (raviolis chinois) et dim sum (spécialité de Shanghai) : malheureusement pour nous il n'y avait plus de dim sum et nous fûmes quelque peu déçues de leurs jiaozis. Mais c'était suffisant our nous rassasier.

 

Après ce repas nous mîmes cap sur le loueur de vélo et nous dirigeâmes d'une pédale assurée vers un autre jardin : celui de Liu (je tiens à dire que nous n'avons pas choisis ceux avec les meilleurs noms car il existe dans cette ville les jardins : des politiques simples, du couple retraité, de la culture, de l'Harmonie, de La Montagne étreinte de Beauté...).

Il nous fallut un temps infini pour parvenir à destination : mais le trajet fut fort agréable. Il nous mena sur le bord d'un canal, à travers quelques hutongs et même il faut l'avouer à l'entrée d'une retraite militaire (où un soldat nous informa aimablement que le jardin recherche ne se trouvais pas à cet endroit et qu'il était malencontreusement dans l'impossibilité de nous indiquer où se trouvait ledit jardin).

Mais à force de persévérance on finit par mettre la main dessus et il était vraiment fort sympathique.

sam_pics_suite_199

 

sam_pics_suite_139


Le tour du jardin fiat il était temps de rendre les vélos et de nous rediriger vers la gare. Ces différentes étapes furent faites : il nous fallut nettement moins de temps pour retourner (il faut dire que pour le retour je me suis munie de la carte fournie par le Routard pour trouver le chemin le plus court). En fait après avoir rendu les vélos il nous restait encore un peu de temps avant de reprendre le train. Mais l'on était tellement épuisées que l'on a décidé de simplement trouver un café et de se poser.

C'est donc devant un jus de citron que nous nous sommes effondrées et ma colocataire en profita même pour faire un petit somme. Mais peu de temps après il était grand temps pour nous de nous en retourner : mais on se fit tout de même plaisir et l'on pris un Rickshaw pour le retour.

 

Le retour en train ne fut pas aussi agréable que l'allée, plus long et moins confortable. Mais il nous mena à bon port.

Une fois sur Shanghai nous n'avions qu'une heure pour manger et ensuite il nous fallait reprendre le train pour Pékin.

C'est avec délice que l'on attendait ce train là pour pouvoir enfin dormir un peu. Dans le restaurant on jeta un coup d'œil à nos tickets. Il y avait le numéro de notre wagon mais bizarrement au lieu d'un numéro de place il était écrit :  无座, le premier caractère prenant la place du numéro que l'on y trouve habituellement. Ma coloc me demanda si je connaissais le caractère. Je le reconnaissais comme étant un des caractères que j'avais à apprendre pour le prochain cours. Je me rappelais comment il se prononçait : wu, mais ne savait plus ce qu'il voulais dire.

C'est en s'approchant du train que l'on compris : wu est une autre façon de dire : bu, c'est-à-dire pas ou sans. Nos tickets nous donnaient certes une place dans le train mais pas de place assise !

 

On a vu fondre en un instant nos espoirs de sommeil...

 

Le trajet du retour fut relativement atroce (long de 14 heures), mais pas autant que l'on aurait pu s'y attendre. Nous avons en effet toutes deux trouvé des places assise. Elle trouva une place libre et moi je me vis offrir un siège par un des élèves de l'académie de police de Pékin. Il dit qu'il était trop grand et que ça le fatiguait d'être assis... Il était fort sympathique et parlait anglais. Il n'était pas seul, voyageaient avec lui toute une partie de sa classe de l'académie -ils venaient de terminer un stage pratique d'un mois sur Shanghai.

 

Le voyage fut donc occupé à discuter avec l'un et l'autre des camarades, soit en anglais avec celui qui m'avait laissé sa place, soit en chinois avec les autres. Puis ma coloc leur expliqua comment jouer au poker, on joua donc à cela jusqu'à quatre heures du matin (je gagnait la partie ! Et eu ainsi le droit de manger les graines avec qui nous avaient servis de monnaie).

Puis jusqu'à 5h du matin je discutais avec un des étudiant, c'était quelque peu épuisant et je dois avouer que souvent je ne comprenais strictement rien à ce qu'il me racontait. Mais j'ai bien appris à hocher la tête, dire oui oui oui, répéter quelques mots au bon moment ainsi que de demander des explications de vocabulaire de temps en temps.

 

A cinq heure du matin, enfin tout le monde tenta de s'endormir. Le seul problème est que en dernière classe les sièges sont véritablement inconfortables, que les tables qui sont au milieu ne sont pas assez grandes et ne peuvent servir que ceux qui sont près de la fenêtre. Après une demie heure de semi somnolence je proposais ma place au jeune homme qui parlait anglais (il fallut lui demander plusieurs fois avant qu'il n'accepte de s'assoir) et je tentais de m'installer par terre. Mais le fait est que les allées sont relativement étroites et que pour une raison quelconque il y a toujours as mal d'allées et venue à 5h30 du matin ! Mais je parvins tout de même à somnoler.

Quelque temps plus tard je me suis sentie secouée par ma coloc qui me proposa sa propre place quand elle vit que j'étais par terre, je la lui cédait donc. Le seul problème c'est que j'avais beaucoup de mal à me lever car mes deux jambes étaient complètement engourdies. Mais un des futurs policier m'aida à me lever et m'assis dans un des sièges.

Je ressomnolais encore (ma coloc parvint à trouver un siège peu de temps après) et je passais ainsi d'inconscient en éveil jusqu'à notre arrivée à 10h du matin.

 

Une fois à Pékin nous sautâmes dans un taxi et je fut déposée devant la fac pour assister à l'heure et demie de cours qu'il me restait dans cette matinée. Je pris le temps avant de rentrer en cours de me changer et de passer un peu d'eau sur mon visage.

Je réussis à rester éveillée et je parvins même à participer (ce qui est en soit un miracle étant donné que j'avais été un peu malade pendant le voyage et qu'à plusieurs reprises j'avais quelque peu perdu ma voix).

 

Après mon dernier cours à 16h je suis rentrée chez moi, ai pris une douche, me suis effondrée sur mon lit et me suis réveillée à 8h le lendemain, juste à temps pour arrivée à l'heure à mon premier cours....

 

Quelle aventure !!!!!   

 

 

Posté par Zegawoa à 00:11 - Commentaires [3] - Permalien [#]


Commentaires sur Shanghai trip

    ah!! merci pour les histoires

    j'adore le récit de ton periple à Shanghai. Une ville à l'ancienne que semble offrir un bon contraste avec le modern boom de Pékin.

    Posté par J. donut, 05 mai 2008 à 03:11 | | Répondre
  • Quel sera le prochain voyage???

    Sympa comme petit voyage. Tu penses en faire d'autres avant de revenir par chez nous (si tu rentres...) ?
    D'ailleurs il faudrait que tu nous dises quand tu reviens qu'on organise un petit quelque chose.

    En tous cas profite bien de ta fin de séjour.
    a+

    Posté par sue, 15 mai 2008 à 21:26 | | Répondre
  • quelle periple

    très sympa ton periple à shanghai.Et juste nous aussi on veut faire une petite fete pour ton retour.

    Posté par little big ears, 21 mai 2008 à 03:18 | | Répondre
Nouveau commentaire