29 mars 2008

Une question de classe

        J'ai remarqué quelque chose d'intéressant l'autre jour en prenant le métro.

        J'y étais à l'heure de pointe (ne me demandez pas pourquoi je ne me souviens absolument pas pourquoi j'étais dedans...) et j'ai remarqué que dans la ligne de métro numéro 1 (c'est la ligne la plus ancienne. Elle va d'est en ouest en ligne droite et traverse le centre ville, elle dessert la place Tian An Men).

        En tant que vrai pékinoise je regardais autour de moi (autant que faire se peut étant engoncée entre 30 000 chinois) pour voir s'il y avais des touristes. Au terme de touriste j'associais immédiatement le terme blanc ou occidental. Après un rapide coup d'oeil je n'en apercevais aucun mais se sont des chinois qui captèrent mon attention. Lorsque nous arrivâmes à la station Tian An Men Est un petit groupe de quatre chinois est descendu.

         Ce qu'il y a de particulier à cette station c'est que d'ordinaire très peu de gens y descendent. Lorsque j'ai dû prendre le métro tous les jours, deux fois par jour pendant plus d'un mois j'ai remarqué qu'à chaque fois, par train il ne descendait qu'une à deux personnes.

          Alors là de voir quatre personnes d'un coup vous comprenez mon ébahissement. Je me suis demandé -comme l'aurait Obélix à ma place- si les chinois étaient tombés sur la tête.

          Mais à y regarder de plus prêt je me suis rendue compte que ces quatre personnes n'étaient pas pékinoises mais venaient de la campagne. Cela se voyait à leur carrure (plus petits, les traits moins fins, on sentait le travail manuel en eux) et à leurs habits, ils étaient sur leur 31, mais un 31 visiblement peu fortuné. Cela se voyait également à leur comportement : très curieux, visiblement quelque peu intimidés et on sentait que le métro était pour eux quelque chose de nouveau.

          Lorsque l'on rencontre ce type de personnes sur la ligne 1 ils descendent soit à Tian An Men soit à Sihui qui est le terminus de la ligne et qui leur permet de repartir ensuite pour leur campagne.

          Il n'y a donc pas qu'une seule sorte de touriste à Pékin : il y a les étrangers et les chinois. Les chinois étant souvent facilement remarquables au centre ville car il sont en groupe, munis de casquette identique et suivant un guide brandissant un petit drapeau.

Ridicule dites vous ? Vous savez que l'autre jour l'un de ces guides brandissait un drapeau français...

Posté par Zegawoa à 00:17 - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur Une question de classe

    A Question of Waiting

    J'attends avec impatience un nouveau episode de ta vie à la pékinoise.

    Posté par J. Donut, 03 mai 2008 à 21:11 | | Répondre
  • Tata !

    Your wish is my comand !

    C'est maintenant chose faite !

    Posté par Zeg, 04 mai 2008 à 00:14 | | Répondre
Nouveau commentaire